Pierre, feuille, Portico

Un peu d’émotion en ce dimanche morose (c’est normal, c’est Roland Garros et la déesse météo déteste le tennis). Après notre rencontre avec le groupe de l’année (et oui, déjà), le Portico Quartet jouait au Studio SFR et débutait le show sur un morceau dont on vous parlait la larme à l’oeil, Paper, Scissors, Stone. Et comme on avait nos caméras sur « on ». On en a profité.

En attendant, une petite interview vidéo concepto-crypto-utopiste, on remercie déjà tous ceux qui nous ont permis de réaliser celle-ci: Sophie Louvet, Miles Yzquierdo, Kerstan Mackness et bien évidemment, le Steven Spielberg de Criss Cross, Vincent “Canon” Guivarc’h. Et on n’oublie pas les principaux acteurs du films, Jack, Milo, Duncan et Nick.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien depuis votre site.

3 réponses à “Pierre, feuille, Portico”

  1. Miles dit :

    Mais merci à vous surtout! Une telle énergie, ça motive et ça donne le sourire!

  2. Nanak dit :

    Hello Criss Cross,

    Je voulais écrire un commentaire sur Portico pour mettre un double bémol à l’enthousiasme avec lequel vous parlez de ce groupe.

    Je les ai vus et entendus vendredi dernier à La Villette et je me suis copieusement ennuyé. Pour moi, leur musique se restreint à quelques riffs, certes bien trouvés, mais dont on attend en vain le développement. ll ne se passe rien, et chaque morceau n’est qu’une succession de ces riffs en boucles qui s’interrompent d’un coup sec, sans qu’on ne comprenne pourquoi ça n’aurait pas pu durer une minute de moins ou de plus.

    Alors oui il y a un son reconnaissable entre mille, mais c’est surtout grâce à l’utilisation du hang drum, dont on aimerait bien que son utilisateur fasse un usage plus inspiré que des simples accords en boucle. Et les autres musiciens ne sont pas logés à meilleure enseigne : le batteur n’apporte strictement aucun relief à cette musique, et le saxo, avec son tout petit son et son absence totale d’inspiration, ne vaut franchement pas mieux qu’un élève d’élémentaire du conservatoire local. Seul le bassiste sort un peu du lot, avec un groove impitoyable et très propre, mais franchement au global il n’y a pas de quoi pavoiser.

    Pour être clair, avec l’intégralité de ce concert, on a peut-être de quoi faire 1 minute de massive attack.

    En seconde partie, Ibrahim Maalouf & Dave Douglas nous ont offert un concert extraordinaire, en fait plutôt 5 ou 6 concerts. J’espère que d’autres lecteurs y étaient car là il y avait de la musique et du partage, un grand moment de bonheur.

    Alors peut-être je n’ai rien compris à Portico, ou alors ils étaient vraiment dans une piètre forme ce soir là, mais je pense qu’il fallait bien que quelqu’un les descende ici.

    A la prochaine, et bravo pour votre site.
    Nanak

Laisser un commentaire